Coronavirus : une carte grâce à Facebook et Google

Pour combattre Covid-19 et se préparer à la résolution, les chercheurs de Carnegie Mellon ont créé une carte actualisée en temps réel de Covid-19. Cette carte du monde est basée sur les données des utilisateurs de Facebook et Google…

Ces dernières années, la collecte de données personnelles par les réseaux sociaux a souvent été critiquée . Beaucoup perçoivent ces plates-formes Web 2.0 comme une menace pour la protection de la vie privée et des données.

A découvrir également : La chirurgie esthétique a toujours le vent en poupe

Ironiquement , les médias sociaux pourraient être parmi nos atouts les plus précieux à un moment où le Covid-19 prend le monde hors de garde , ainsi que l’IA et le Big Data.

Comme l’explique Mark Zuckerberg, créateur de Facebook, « il est important de comprendre clairement comment la maladie se propage », afin qu’elle délimite dansde nombreux pays peuvent commencer.

A lire en complément : L’essentiel sur la Syphilis

Les données sur les médias sociaux pourraient être d’ une grande aide aux chercheurs et aux autorités sanitaires . Ils pourraient leur donner accès à l’information dont ils ont besoin. Selon Zuckerberg, Facebook est « dans une position unique » pour les aider « grâce à sa communauté de milliards de personnes à travers le monde ».

Une carte de Covid-19 basée sur les rapports de symptômes et les recherches sur le Web

Pour profiter de cette opportunité, les chercheurs de l’Université Carnegie Mellon ont créé des questionnaires en ligne pour les utilisateurs de Facebook et de Google . Grâce à ces questionnaires, les internautes du monde entier peuvent signaler leurs symptômes liés à Covid-19 : fièvre, toux, perte d’odorat…

Ces données sont ensuite collectées et traitées par les chercheurs pour créer unCarte mondiale en temps réel pour développer la propagation du virus . Grâce à cette répartition des cas suspects, les hôpitaux peuvent anticiper l’émergence de nouvelles « grappes » et se préparer à de nouveaux cas graves dans les semaines à venir.

Actuellement, les chercheurs reçoivent environ un million de réponses par semaine à leurs questionnaires de la part des utilisateurs de Facebook et 600 000 d’utilisateurs de Google. Les recherches Google liées à Coronavirus sont également prises en compte.

Actuellement, cette carte est uniquement aux États-Unis. Cependant, les chercheurs de l’Université du Maryland préparent une version mondiale . À long terme, cet instrument pourrait également contribuer à l’organisation de la démarcation de la manière dont la demande de COVID-IA est préparée par le gouvernement français.