L’essentiel sur la Syphilis

La syphilis est une IST particulièrement contagieuse. Elle est due au tréponème pâle qui est virus dangereux. Les symptômes de la syphilis se manifestent premièrement par des chancres, parfois par des atteintes viscérales ou nerveuses de nature tardive. La plupart de ces symptômes ne se manifestent que longtemps après la période d’inoculation.

 

A lire aussi : La blépharoplastie, pour remodeler les paupières et rajeunir le regard

La syphilis, c’est quoi ?

 

Il y a quelques années, le mot syphilis était utilisé comme l’équivalent du terme « maladie vénérienne ». La bactérie responsable de ce mal se transmet facilement lors de rapports sans protection ou lors de rapports dits à risques. Elle peut également être transmise par le sang ou par voie transplantaire.

A lire en complément : Comment se protéger des différentes IST ?

 

Dans son premier stade, la maladie ne montre pas de signes particuliers. Dans la majeure partie des cas, ils n’apparaissent qu’après 3 semaines. La syphilis se caractérise par une lésion caractéristique des muqueuses connue sous le nom de chancre d’inoculation.

 

Il s’agit d’une plaie de couleur rose, qui peut être creuse et propre, avec un fond induré. Au toucher, le chancre n’est pas douloureux et offre un aspect cartonneux. Il s’agit du point d’entrée de la bactérie.

 

Une rougeur au niveau du gland

 

En général, c’est une ulcération unique que l’on peut retrouver sur le fourreau de la verge, au niveau du gland, et parfois dans l’urètre, qui le rend invisible. Pour les femmes, il peut être retrouvé au niveau du col utérin, dans le vagin ou au niveau de la vulve.

 

Il peut également arriver qu’il soit positionné au niveau de l’anus, des amygdales, des lèvres, ou n’importe où au creux de la cavité buccale. Les malades qui sont infectés par la syphilis sont contagieux dès le moment de leur infection. Les lésions associées à la syphilis sont extrêmement contagieuses, ce qui permet de faciliter la recherche de la bactérie.

 

Des éruptions cutanées

 

Environ 3 semaines après l’apparition du chancre, des éruptions cutanées multiples se manifestent. Il s’agit du second stade de la maladie. Ces éruptions ne sont pas accompagnées de démangeaisons, et peuvent se retrouver au niveau des mains ou des pieds.

 

Lorsque la maladie commence réellement à être grave, elle se traduit par des atteintes cardio-vasculaires, nerveuses ou articulaires. Il n’est plus possible de la soigner lorsqu’elle arrive à ce dernier stade.