Thyroïdite d’hashimoto: symptômes, causes et diagnostic

Vous souhaitez vous informer sur la maladie thyroïdite d’hashimoto ? Dans cet article, nous répondons à vos questions en vous expliquant les causes, les symptômes, les personnes à risque mais également le diagnostic à suivre !

Définition de la maladie

La maladie de Hashimoto est un état dans lequel votre système immunitaire attaque votre thyroïde, une petite glande située à la base de votre cou, sous la pomme d’Adam. La glande thyroïde fait partie de votre système endocrinien, qui produit des hormones qui coordonnent de nombreuses fonctions de votre corps.

A découvrir également : Coronavirus : une carte grâce à Facebook et Google

Les symptômes

Il se peut que vous ne remarquiez pas les signes ou les symptômes de la maladie de Hashimoto au début, ou que vous remarquiez un gonflement à l’avant de votre gorge (goitre). La maladie de Hashimoto progresse généralement lentement au fil des ans et provoque des lésions thyroïdiennes chroniques, entraînant une baisse des niveaux d’hormones thyroïdiennes dans votre sang. Les signes et symptômes sont principalement ceux d’une glande thyroïde peu active.

Par exemple: la fatigue, la peau pâle et sèche, le visage bouffi, la chute de cheveux, l’élargissement de la langue, des douleurs et des faiblesses musculaires, la dépression ou encore des trous de mémoires

A lire en complément : Le covid19 s'est-il échappé d'un laboratoire de Wuhan

Les causes

La maladie de Hashimoto est un trouble auto-immun dans lequel votre système immunitaire crée des anticorps qui endommagent votre glande thyroïde. Les médecins ne savent pas ce qui pousse votre système immunitaire à attaquer votre glande thyroïde. Certains scientifiques pensent qu’un virus ou une bactérie pourrait déclencher cette réaction, tandis que d’autres pensent qu’un défaut génétique pourrait être impliqué.

Une combinaison de facteurs (dont l’hérédité, le sexe et l’âge) peut déterminer la probabilité que vous développiez cette maladie.

Les personnes à risque

Les femmes sont beaucoup plus susceptibles de contracter la maladie de Hashimoto que les hommes. La maladie de Hashimoto peut survenir à tout âge, mais elle est plus fréquente à l’âge moyen. Aussi, vous êtes plus à risque de contracter la maladie de Hashimoto si d’autres membres de votre famille ont une maladie thyroïdienne ou d’autres maladies auto-immunes.

Les diagnostics

En général, votre médecin peut effectuer un test de dépistage de la maladie de Hashimoto si vous vous sentez de plus en plus fatigué ou léthargique, si vous avez la peau sèche, de la constipation et une voix rauque, ou si vous avez déjà eu des problèmes de thyroïde ou un goitre.

Si vous voulez vous renseigner et bénéficier d’un second avis médical, vous pouvez consulter le site de la société Deuxième Avis. Ce dernier vous apportera des réponses précises et rapides par des professionnels de santé.

Le diagnostic de la maladie de Hashimoto est basé sur vos signes et symptômes et sur les résultats des analyses sanguines qui mesurent les niveaux d’hormone thyroïdienne et d’hormone de stimulation de la thyroïde produites dans l’hypophyse. Ces tests peuvent comprendre :

Un test hormonal

Les tests sanguins permettent de déterminer la quantité d’hormones produites par la thyroïde et l’hypophyse. Si votre thyroïde est sous-active, le niveau d’hormones thyroïdiennes est faible. En même temps, le niveau de TSH est élevé parce que votre hypophyse essaie de stimuler votre glande thyroïde pour qu’elle produise plus d’hormones thyroïdiennes.

Un test d’anticorps

La maladie de Hashimoto étant une maladie auto-immune, sa cause implique la production d’anticorps anormaux. Un test sanguin peut confirmer la présence d’anticorps contre la peroxydase thyroïdienne, une enzyme normalement présente dans la glande thyroïde qui joue un rôle important dans la production d’hormones thyroïdiennes. Mais le test des anticorps contre la TPO n’est pas positif chez toutes les personnes atteintes de la thyroïdite de Hashimoto. De nombreuses personnes présentent des anticorps anti-TPO, mais ne souffrent pas de goitre, d’hypothyroïdie ou d’autres problèmes.