Prévention de l’autisme : un espoir pour les futures mamans

Ce dimanche 2 avril c’était la journée de l’autisme. Nous en avons profité pour visiter le centre d’hébergement Les Lotus. Cet hébergement pour adultes handicapés est un véritable foyer pour ses résidents où ils sont complètement pris en charge.

Après notre visite nous avons contacté un expert afin de lui poser cette question ‘prévenir la maladie de l’autisme durant la grossesse: est-ce possible ?’

A lire en complément : Blennorragies et chaude-pisse

Voici sa réponse :

Les troubles du spectre autistique (ASD) représentent un état complexe, affectant 1 sur 60 enfants. Mais comment peut-il être empêché pendant la grossesse ? Même si les chercheurs ne sont pas en mesure d’identifier les vraies causes, le spectre autistique se développe à partir d’une combinaison de facteurs. Certains cas peuvent être principalement d’origine génétique, et d’autres liés à des facteurs environnementaux malsains ou à une mauvaise qualité de vie. Dès que le test de grossesse devient positif, les parents peuvent prendre les mesures de prévention pour protéger leur bébé contre l’autisme. Focus.

A lire aussi : Comment choisir sa pilule contraceptive ?

La qualité de l’air

La clé de la prévention est pour les femmes enceintes, qui peuvent prendre des mesures pour protéger leurs bébés. Elles doivent réduire leur exposition à la pollution de l’air. Plusieurs études des chercheurs de Harvard ont montré le lien entre l’autisme et le fort risque des femmes exposés à des niveaux élevés de pollution, en particulier au troisième trimestre. Le défi des chercheurs est de comprendre le composant principal de la pollution atmosphérique déclencheur de l’autisme. Les experts recommandent aux femmes enceintes plusieurs façons de se protéger contre l’autisme: évitez les zones de niveaux de pollution élevés.

L’alimentation riche en oméga-6

Les femmes qui mangent les aliments gras riches en acide linoléique, par rapport aux femmes qui consomment peu d’éléments nutritifs, ont moins de chance d’avoir un enfant autiste. Il s‘agit d’un acide gras de type d’oméga-6 trouvé présent dans les huiles végétales, tels que l’huile de canola, l’huile de soja et l’huile d’olive, les noix et les graines, qui réduisent de 34% les risques d’autisme chez les nouveaux nés.

Ces types d’acides gras sont importants pour le développement du cerveau du fœtus et nécessaires pour les deux premiers mois de grossesse. D’autres facteurs peuvent influencer le risque de l’autisme, tels que l’âge de la mère, le total de l’apport calorique et le tabagisme pendant la grossesse.

Combattre le stress

Le stress intense est un facteur qui augmente le risque d’autisme du futur enfant. Les angoisses subies durant la grossesse, particulièrement entre le 24 et 28e semaine, peuvent être dangereuses pour la mère et l’enfant. Le stress parental a des risques importants sur le développement du fœtus et laisse des séquelles sur la santé mentale de l’enfant, en raison de la production de cortisol chez la mère et le fœtus. Eliminer les facteurs de stress, garder son calme, la détente, le bonheur, le soutien du futur papa, …. aident à combattre l’autisme chez les nouveau-nés.

Les vitamines prénatales

L’acide folique et les vitamines durant la grossesse participent au bon développement du cerveau du fœtus. La prise des vitamines prénatales, notamment le complément alimentaire à base d’acide folique et la vitamine B9, doit s’effectuer tous les jours et même lors de la planification de la grossesse. Cela permet d’éviter les troubles du tube neural et la diminution des malformations provoquant l’autisme.

Bannir les comportements à risque

Les femmes enceintes doivent avoir une vie saine et éviter l’usage de l’alcool, du cannabis, des autres drogues, l’automédication surtout en début de grossesse, … Adopter des comportements à risque est une porte ouverte au développement de l’autisme. Un ensemble de mesures doivent être prises avant même la grossesse, telles que le dépistage VIH, la vaccination contre l’hépatite et la rubéole, la vérification des infections vaginales, la perte de poids en cas d’obésité….