Tout savoir sur le papillomavirus

Grâce à des études effectuées sur les dernières années, il a été possible d’établir un lien entre les papillomavirus humains, qui est un virus transmissible sexuellement, et le cancer du col de l’utérus. Il a été révélé que la majorité des cancers du col de l’utérus étaient dus à ce virus.

Les lésions précancéreuses provoquées par les papillomavirus humains seraient donc à l’origine du développement de ce type de cancer.

A découvrir également : Des maladies oubliées sont sur le retour

Zoom sur les papillomavirus humains

Il existe généralement deux types de papillomavirus humains. Le premier type de virus agresse la peau, tandis que l’autre s’en prend aux muqueuses. Parfois, il s’agit de lésions bénignes qui se manifestent par des verrues au niveau des mains ou de la voûte plantaire. D’autres fois, ces lésions se développent, et provoquent le cancer du col de l’utérus.

Les majeures parties de ces lésions ne présentent pas de réel danger pour la santé de la personne infectée. Lorsque les lésions commencent à devenir dysplasiques, elles évoluent rapidement pour se transformer en cancer. Cela n’arrive toutefois que lorsque les lésions ne sont pas traitées médicalement. Le cancer provoqué par ces virus provoque la mort de près de 258 000 personnes à travers le monde chaque année.

A découvrir également : Contraceptifs et SIDA, des risques ?

En France, le nombre de décès s’élève annuellement à 1 000. Dans 80 à 100% des cas de cancer du col de l’utérus, les papillomavirus sont présents. Les femmes qui ne sont pas porteuses du virus ne présentent que peu ou pas de risques de développer cette maladie.

En tout, il y a près de 120 génotypes de papillomavirus humains. Ces génotypes ne possèdent pas tous un pouvoir cancérigène semblable. Le type 16 est sans aucun doute celui qui fait le plus de ravages en Europe. On le retrouve régulièrement dans plus de la moitié des cas de cancer du col. Dans près de 20 % des cas, les types de ce virus oncogène sont le HPV18 (20 % des cas). Plus rarement il peut s’agir soit du HPV31, soit du HPV33, ou encore du HPV35.

Il serait toutefois erroné d’affirmer que ces génotypes représentent moins de dangers pour le col de l’utérus. Il semblerait que les agents responsables ne soient pas les mêmes dans tous les pays. En Colombie, c’est le génotype HPV45 qui est le plus présent dans les cas de dysplasie du col de l’utérus. Les variables géographiques influent donc beaucoup sur le génotype le plus actif et le plus dangereux.

Les papillomavirus que l’on rencontre généralement en Europe connaissent des variantes en Asie et en Afrique. D’après certaines études, ces variantes seraient beaucoup plus résistantes et difficilement traitables. Pour cette raison, ils seraient moins susceptibles d’être éliminés par l’organisme infecté. Si ce constat reste fortement controversé, il est heureux de constater que les lésions du col de l’utérus ne se transforment pas obligatoirement en cancer.

Une infection courante

Il est fréquent que les jeunes femmes soient infectées par ce virus. La plupart du temps, l’infection régresse de manière spontanée. En effet, il est avéré que plus de la moitié des femmes ont été d’une façon ou d’une autre exposées à ce virus. Les papillomavirus ont été détectés chez un tiers des femmes de moins de 30 ans, contre un dixième pour celles au-delà de cet âge. 5 ans après le début des activités sexuelles, le risque d’infection se situe à 50 %. Au milieu de la quarantaine, le taux du risque est réduit à moins de 10 %.

Une infection par un papillomavirus humain est la plupart du temps sans risque même si le virus est oncogène. L’organisme féminin réussit le plus souvent à éliminer les virus au bout de quelques mois ou au bout d’une année, selon les cas.

Jusqu’à présent les facteurs qui font disparaitre l’infection restent inconnus. Il en est de même pour les facteurs qui seraient susceptibles de le faire évoluer en cancer. Il est cependant supposé que plus le virus est ancien, plus il y aura de chance qu’il mute. Il est en effet pris pour acquis que c’est la persistance de l’infection qui détermine l’apparition des anomalies au niveau des cellules qui sont les marqueurs les plus importants d’une tumeur.

Une fois dans l’organisme, les papillomavirus humains oncogènes peuvent interférer avec la physionomie et le génome de son hôte, et commencent à les modifier. Des chercheurs venant de l’Institut Pasteur ont remarqué que deux protéines, la E6 et la E7, avaient la faculté de modifier la physiologie de cellules hôtes. Cela entrainait par la suite le processus cancérigène, tandis que la protéine E2, qui est anti-oncogène, avait une action inverse.

La E6 et la E7 des papillomavirus humains à hauts risques précipitent la multiplication des cellules, et ne permettent pas de constater les différences épithéliales. En revanche, la protéine E2 provenant de ces mêmes virus freine la multiplication et entraine la mort plus ou moins rapide des cellules.

Il semblerait que ce soit les perturbations constatées au niveau de la balance entre deux effets autant contraires qui déclencheraient le cancer. L’explication serait que les différences entre ces deux protéines diamétralement opposées soient un facteur du cancer du col à ne pas négliger.

Selon d’autres travaux, les papillomavirus humains seraient également à l’origine d’autres cancers tels que celui de l’estomac, de la prostate, de la peau ou encore de l’œsophage. Cette affirmation se base sur le fait que sur des cas de cancers de la peau provoqués par le soleil, l’organisme du patient présente un taux incroyablement élevé de papillomavirus humains. Il est impossible à ce jour de déterminer avec exactitude s’il y a réellement un lien entre ces deux éléments. Néanmoins, les scientifiques soupçonnent ce virus d’y être pour quelque chose. Il reste donc à déterminer le rôle véritable des papillomavirus dans le développement de ces types de cancer.

Augmentation du risque avec les partenaires

À chaque rapport, les risques d’être infecté par des papillomavirus se trouvent augmentés. Un suivi a été effectué auprès de près de 600 femmes âgées de 13 à 21 ans. Ces femmes s’étaient présentées dans des centres de planning familiaux, et ont été suivies par des scientifiques de l’université de Californie. Les résultats de leurs études révèlent que plus de 50 % des femmes sexuellement actives pourraient attraper le virus sur une durée de 3 ans. À chaque rapport, le risque d’attraper des papillomavirus humains était multiplié par dix.

Cette enquête a mis à jour plusieurs autres facteurs d’infection. Si le comportement sexuel est le plus important, avoir des antécédents d’infections sexuelles, notamment d’herpès ou de condylomes, augmentait considérablement la possibilité d’infection. Les femmes qui prennent des contraceptifs oraux auront par contre deux fois moins de chance d’attraper ces virus. La partie la plus intéressante de cette étude est la réévaluation des possibles liens entre l’infection et l’apparition du cancer du col de l’utérus.

Le développement des cellules dans le col de l’utérus qu’entraine cette infection est appelée « Low-grade squamous intraepithelial lesions – LSIL est généralement bénigne, car elle ne présente pas de danger réel pour le col de l’utérus. Seulement, il peut arriver que ce développement des cellules soit la première étape vers un développement cancéreux.

L’étude provenant des États-Unis dirige vers la supposition que les risques de HPV et de lésions cellulaires au niveau du col soient distinctifs. En effet, la date d’infection par papillomavirus humains peut être déterminante pour le risque de LSIL, et devient de plus en plus significative passée une période de un an.

La consommation de tabac est un facteur de risque d’infection assez important. Il reste toutefois à déterminer dans quelle mesure le tabagisme favorise l’inoculation des papillomavirus humains.

Il est juste d’affirmer que les papillomavirus humains soient un facteur non négligeable de développement des lésions entrainant parfois les cancers du col de l’utérus. Pourtant, il n’est pas encore possible d’affirmer que cette infection au HPV soit suffisante pour provoquer la dysplasie, car dans de nombreux cas, une infection aux papillomavirus humains de nature oncogène ne provoque aucun signe de cancer du col de l’utérus.

L’élimination des virus sur une période de 13 mois semble être un facteur déterminant dans l’interaction des protéines du virus avec l’organisme et la muqueuse du col de l’utérus. Les rares cas où le cancer est diagnostiqué, le seul lien avec les papillomavirus est la présence en grand nombre de ces derniers dans l’organisme. Si les protéines oncogènes du virus agissaient bel et bien les la muqueuse et les parois internes, cela pourrait effectivement prouver les liens entre le virus et les différents cancers touchant les organes internes.

Toutefois, rien n’est encore certain et les scientifiques préfèrent rester prudents dans leurs affirmations. La seule chose réellement significative que l’on peut retenir, c’est la diminution des risques d’infection grâce à la prise de contraceptifs oraux. Cette affirmation pourrait constituer un moyen de prévenir les infections, et ainsi diminuer le risque de développer peut-être un cancer du col de l’utérus. Il reste également à découvrir s’il y a d’autres facteurs de risques qui pourraient favoriser les changements au niveau des cellules en cas d’infection par papillomavirus humains.

1 commentaire sur “Tout savoir sur le papillomavirus”

  1. Bien le bonjour, me voila enfin bien informée sur le papillomavirus. Ce cancer est un véritable mal très silencieux et il faut être particulièrement vigilante, car les signes sont sourds et pourtant le mal est bien réel. Le cancer du col de l’utérus peut empêcher d’avoir des enfants, ce qui est quand même le but d’une vie…En tout cas, j’espère que la recherche avance et que les dépistages sont fréquents pour éviter le pire.

Les commentaires sont fermés.