Douleurs musculo-squelettiques : Comprendre et mieux vivre avec

Les troubles musculo-squelettiques représentent un grave problème de santé au travail. Et ce, à travers le monde et toucheraient plusieurs millions de personnes en France. Aussi, à l’origine des maladies professionnelles les plus fréquentes, ils concernent l’ensemble des professions, de l’ouvrier au comptable. Mais que signifient précisément les troubles musculo-squelettiques ? Et comment mieux vivre avec ? Ce sont autant de questions auxquelles nous essayerons de donner des réponses dans cet article.

Qu’entendons-nous par troubles musculo-squelettiques ?

Les troubles musculo-squelettiques sont encore appelés TMS. Ils représentent les premières causes de maladies professionnelles. De plus, ils sont un réel enjeu humain et économique. Ce sont des lésions périarticulaires. Autrement dit, ce sont des lésions qui vont se former autour des articulations. Au niveau des zones les plus touchées par les TMS, nous avons le cou, les épaules, le bas du dos. Mais également, nous pouvons parler des genoux. En outre, ce sont aussi des troubles articulaires car dans certaines maladies professionnelles, nous assistons à des arthroses de genoux. Aussi, nous assistons à des atteintes méniscales, les arthroses de coude, des atteintes des poignets. En somme, cela est vraiment fonction du type de profession exercée.

Lire également : Thyroïdite d'hashimoto: symptômes, causes et diagnostic

Comment se manifeste la douleur ?

En fonction du métier, il y aura des atteintes différentes en fonction de l’articulation sollicitée. Ainsi, un carreleur aura plus de problèmes de genoux qu’un agent de caisse dans un supermarché. En effet, ce dernier aura plus de problèmes de coudes, de poignets ou d’épaules.

Par ailleurs, les premiers symptômes observés sont les douleurs au cours du travail. Après, il peut s’agir des douleurs qui s’arrêtent à la fin de la période de travail. Et ces douleurs peuvent reprendre à tout moment. Lorsqu’elles sont assez répétitives, elles deviennent gênantes. Ainsi, les personnes qui en souffrent vont vraiment commencer par se plaindre et chercher à consulter un médecin. Soulignons que les personnes atteintes de ces douleurs parviennent très bien à expliquer leurs maux. Et ce, avec les gestes qui déclenchent lesdites douleurs.

A voir aussi : Tout savoir sur la demande d’actes de naissance français en ligne

Comment se fait le diagnostic des troubles musculo-squelettiques ?

Le diagnostic des TMS se fait sur la plainte des salariés. Ainsi, lorsqu’il dit qu’il a par exemple mal à l’épaule, cela peut cacher un TMS. Ensuite, ce sont les examens médicaux qui pourront spécifier le stade d’évolution de la douleur. Au nombre de ces examens médicaux, nous avons la radio, les échographies. Compte tenu de l’évolution des douleurs, certaines précautions peuvent être prises. Parfois, un changement d’habitudes peut aider. Ainsi, il est soit procédé à un changement de poste. Ou, une mise en place de moyens matériels nécessaires à la disposition de l’employé. En outre, il peut être envisagé de procéder à un traitement thérapeutique.

Quels sont les facteurs favorisant les troubles musculo-squelettiques ?

Outre les activités professionnelles et extra professionnelles, les facteurs individuels jouent également un rôle très important. Au nombre de ces facteurs individuels, nous avons l’âge, la taille ou encore l’état de santé. Il importe de les prendre en compte dans l’apparition de la pathologie. En outre, nous avons les facteurs mécaniques, les facteurs biomécaniques liés à des zones de travail. Également, nous avons les facteurs psychosociaux. C’est-à-dire, l’organisation du travail, l’ambiance de travail, la répétition des gestes ou le non-changement de poste.

Comment prévenir et mieux vivre avec les troubles musculo-squelettiques ?

Il est tout d’abord important de travailler dans des zones de confort. C’est-à-dire des zones où l’articulation est au mieux de sa fonction. Autrement dit, il faut régler la hauteur du siège, en respectant l’angle de 90° entre le bras et l’avant-bras. Par la même, il importe de poser les pieds à plats ou d’utiliser un repose-pieds. Aussi, il est important de travailler dans un bon environnement. En outre, il convient de ne pas forcément effectuer des mouvements répétés. Et ce, au-delà d’une certaine cadence. Soulignons que l’employeur a l’obligation d’adapter le poste de travail en fonction d’un certain nombre de normes. Cependant, l’adaptation est souvent limitée par les possibilités techniques. Autrement dit, le poste de travail doit s’adapter par exemple à la taille ou à la morphologie de l’employé. De ce fait, la prévention ne peut se faire sans l’implication de l’entreprise.

Par ailleurs, la prévention se fait également individuellement. Ainsi, il importe d’avoir une bonne alimentation, une bonne hydratation et d’exercer une activité physique. Toutes ces habitudes permettent effet de réduire les risques. Néanmoins, certains postes de travail vont générer des TMS même si les gens prennent leurs précautions.

à voir