Les questions que les ados se posent

Les adolescentes n’ont qu’une connaissance limitée, voire inexistante sur le cancer du col de l’utérus et sut leur propre intimité. C’est en tout cas ce que montrent les résultats d’une étude menée auprès de quelques adolescentes.

Les femmes de tous âges sont pourtant concernées par ce fléau qui touche près de 3 400 femmes tous les ans. Les jeunes adolescentes se posent néanmoins des questions sur le sujet, et expriment leur désir d’en savoir davantage. Voici quelques questions que mes ados se posent sur le cancer du col de l’utérus.

A lire aussi : Comment se protéger des différentes IST ?

Comment attrape-t-on ce cancer du col de l’utérus?

Cette maladie est l’évolution d’une infection prolongée par des papillomavirus humains, qui sont des virus transmissibles sexuellement. Il est possible de les contracter dans les premières années d’activité sexuelle.

La majorité des femmes éliminent naturellement ces virus au bout de 12 ou de 24 mois selon les cas. D’autres ne vont pas les éliminer, et présentent donc le risque de développer un cancer du col de l’utérus.

Lire également : Soins dentaires : comment payer moins cher ?

Quelles sont les conséquences peut-on le soigner ?

Être infecté par les papillomavirus humains a des conséquences sur le moyen terme et le long terme. Sur le moyen terme, les virus sont susceptibles d’entraîner des lésions précancéreuses.

Ces lésions peuvent être traitées par conisation, un traitement simple, mais qui peut provoquer des complications lorsque la femme tombera enceinte. Cette intervention chirurgicale ne garantit pas que l’infection ne revienne et ne provoque un cancer du col de l’utérus à l’avenir.

 

Quels sont les facteurs qui favorisent son apparition ?

L’immunodépression, une première infection par des maladies sexuellement transmissibles, et le tabagisme sont des facteurs qui favorisent le développement du cancer du col de l’utérus. Par contre, ce cancer n’est pas héréditaire.

 

À quel moment peut-on contracter un papillomavirus humain ?

Il est possible d’être infecté par ces virus dès les premiers rapports sexuels. 1 femme sur 3 est atteinte de ce virus avant ses 25 ans. La majorité des femmes infectées vont éliminer le virus.

 

Des femmes plus âgées peuvent aussi être en être porteuses, mais cela n’arrive que dans un cas sur dix. Selon les chiffres, une femme sur trois décèdera d’un cancer du col de l’utérus. Près de 4 000 femmes en France sont atteintes de ce cancer.