Les médecines douces sont-elles efficaces ?

médecine douce

En matière de médecines douces, le débat est ouvert. Certains en sont adeptes, y recourent même le plus souvent possible de préférence à la médecine traditionnelle, tandis que d’autres déclarent ne faire confiance qu’aux praticiens classiques. Il s’agit de l’homéopathie, mais aussi de la phytothérapie, la sophrologie, l’acupuncture… Les médecines douces sont-elles efficaces ? Dans quels cas ?

Pour les petits maux de l’hiver

Rhumes, engelures, lèvres gercées, mais aussi maux de gorge, sinusites… A condition qu’ils ne se transforment pas en pathologies plus importantes, les petits maux typiques de l’hiver seront très bien soignés à l’aide de certaines médecines douces. Certains s’aideront de granules homéopathiques pour affronter les désagréments nés du froid, tandis que d’autres préféreront l’aide des plantes pour venir à bout de leur nez qui coule. Certaines huiles essentielles, comme le ravintsara, une plante venue de Madagascar, ou le thym, sont d’excellents anti-infectieux qui traitent non seulement gorge et sinus irrités, mais font également office de traitements préventifs, qui entretiennent les défenses immunitaires en cas d’épidémie de grippe ou de sinusite à répétition. Attention cependant, l’usage des huiles essentielles est déconseillé aux femmes enceintes ou allaitantes et aux personnes souffrant d’épilepsie.

A voir aussi : VIH Sida : causes, symptômes et traitements

médecine plantes

Pour certains problèmes de peau

Tous les problèmes de peau ne relèvent pas obligatoirement d’une consultation dermatologique : tout dépend, évidemment, de leur fréquence et surtout de leur entité. En cas d’acné sévère ou de tendance prononcée à la couperose, par exemple, il est conseillé de consulter un spécialiste. Mais pour équilibrer une peau grasse, réconforter un épiderme desséché ou lutter contre les cernes, vous pouvez, là encore, miser sur la phytothérapie plutôt que de vous ruiner en cosmétiques. Mélangées à votre crème de jour habituelle, les plantes, sous la forme d’huile essentielle (de rose pour les peaux matures, de citron pour les peaux acnéiques…) apporteront une réponse sur mesure à vos problèmes.

A découvrir également : Psychotropes et MST : un bien mauvais cocktail nommé ChemSex

médecine douce

Pour les anxiétés ou insomnies passagères

Quand on est fatigué, nerveux ou stressé, les tensions finissent par s’accumuler, perturbant le sommeil mais aussi le bien-être quotidien. Or, pour une simple anxiété liée à des circonstances précises, il est inutile de consommer des anxiolytiques ou somnifères que vous pouvez vous procurer dans la pharmacie la plus proche, qui créeront une dépendance et ne résoudront pas votre problème. Préférez-leur des séances d’acupuncture ou de sophrologie, qui vous aideront à vous détendre et à considérer vos ennuis sous un autre angle et, par là, à dépasser cette période pénible ou douloureuse. A noter : médecine traditionnelle et soins alternatifs ne sont pas toujours incompatibles, puisque certains généralistes pratiquent l’acuponcture.

En complément d’un traitement médicamenteux

S’il est impossible de soigner une maladie grave ou une infection sévère à l’aide de médecines douces, ces dernières peuvent toutefois se révéler d’une aide précieuse en complétant les traitements traditionnels ou en adoucissant les effets secondaires provoqués par ces derniers. Notamment, certaines thérapies manuelles comme la réflexologie pourront vous aider à vous détendre et à récupérer votre énergie, tandis que plantes et homéopathie vous apporteront un soulagement certain dans le cadre de thérapies intensives, à court ou à long terme.