Tout savoir sur la maladie de Charcot

La maladie de Charcot est une des pathologies qui condamnent les personnes atteintes au fauteuil roulant. Elle fait chaque année près de 120 000 nouveaux cas. On l’appelle aussi sclérose latérale amyotrophique (SLA) et également maladie de Lou Gehrig, en hommage à un célèbre joueur américain de baseball, mort de la maladie. A quoi est due cette maladie ? Comment elle se manifeste ? Et quels sont les traitements médicaux auxquels les malades peuvent recourir ?

Les causes de la maladie de Charcot

Aucun facteur de risque n’est clairement associé à la maladie de Charcot. Elle survient souvent de façon sporadique. D’après les analyses effectuées, la grande majorité des patients n’ont pas d’antécédents familiaux de la maladie. Seulement 5 à 10 % des cas sont héréditaires. La maladie de Charcot frappe le plus souvent les personnes âgées de 50 à 70 ans, avec une légère prédominance masculine. Ce qui n’empêche toutefois pas que les personnes plus âgées ou plus jeunes puissent également en être atteintes. La maladie de Charcot entraîne une altération des motoneurones. Ces dernières sont des cellules situées dans le cerveau, la moelle épinière et le tronc cérébral. Elles permettent le transfert de l’ordre du mouvement. Lorsqu’elles dégénèrent, elles ne peuvent alors pas envoyer des messages aux muscles. Finalement, le cerveau ne parvient plus à contrôler les mouvements volontaires du patient, le conduisant à une paralysie totale.

A lire également : Quelques bons réflexes pour venir à bout de l'acné

Les symptômes de la maladie de Charcot

Les patients atteints de la SLA peuvent présenter des symptômes divers d’évolution progressive. Environ deux tiers d’entre eux présentent la forme spinale de la maladie, atteignant en premier lieu les membres pour s’étendre au fur et à mesure. Les autres patients peuvent présenter une forme bulbaire qui se manifeste dans les régions cérébrales. Dans les deux cas, le malade ressent des crampes musculaires. Il peut aussi avoir des troubles de la parole, un ralentissement des mouvements et des difficultés à la mobilisation, évoluant vers la paralysie.

Quels sont les traitements ?

L’évolution de la maladie varie d’un sujet à un autre. Elle peut s’étendre de quelques mois à plusieurs années. Divers examens tels l’électromyogramme, la biopsie musculaire, l’IRM permettent de confirmer l’atteinte des neurones et d’évaluer l’étendue de la maladie. Une fois que le diagnostic est établi, le sujet doit faire l’objet d’un suivi régulier afin de maîtriser l’évolution de la maladie.

A lire aussi : Les clés pour ne pas être contaminé par une IST

C’est par ailleurs la seule chose que peuvent faire les médecins, puisque, la maladie de Charcot est à ce jour incurable. Divers traitements médicamenteux tels le riluzole permettent d’améliorer la qualité de vie du patient. Ce dernier doit également suivre des séances de kinésithérapie et d’orthophonie. Le fauteuil roulant doit également être prescrit par un médecin. Un modèle électrique pliable permettra au patient d’améliorer son quotidien et de faciliter ses déplacements. Enfin, un soutien psychologique est aussi indispensable. En moyenne, la survie d’un patient atteint de la maladie de Charcot est de 3 à 5 ans après le diagnostic. Mais une bonne prise en charge permet d’allonger de façon considérable son espérance de vie.