Près de 3 milliards d’obèses dans 10 ans ?

Des objectifs ont été mis en place pour lutter contre l’obésité. Malheureusement, il semble que les points fixés ne seront pas atteints pour 2025 vu l’évolution de l’obésité. Il devrait y avoir dans les environs de 3 milliards de personnes en surpoids dans une dizaine d’années sur l’ensemble de la planète. 

L’objectif fixé par l’OMS

L’objectif fixé par l’OMS pour lutter contre l’obésité était de revenir au même niveau qu’il y a cinq ans, c’est-à-dire en 2010 d’ici 2025. Il fut également accepté et signé par de nombreux pays à travers le monde en 2012.

A voir aussi : Le traitement de la transpiration excessive par ionophorèse

La planète s’alourdit cependant de plus en plus, car selon les statistiques, 2,7 milliards d’adultes seront en surpoids d’ici 2025 et pire encore 177 millions de personnes seront en situation d’obésité morbide. Le fait de perdre du poids est un objectif pour de nombreux pays à travers le monde.

Mauvaises habitudes alimentaires et manque d’activité physique

En tête de liste des causes de l’obésité se trouvent la mauvaise alimentation et l’inactivité physique. La majorité des adultes et des adolescents ne bougent pas assez.

A lire en complément : La Gonorrhée, ce qu’il faut savoir

La fédération mondiale de l’obésité souhaite ainsi agir à ce niveau là en régulant le marché par des taxes et des impôts, mais peu de gouvernements ont choisi de mettre en place les mesures adéquates. Si chaque gouvernement veut cependant atteindre les objectifs fixés, il est indispensable d’agir maintenant, toujours selon la fédération.

Prendre le problème à la racine

Il est indispensable de prendre le problème du surpoids (comme celui de l’intoxication digitale) à la racine selon la Fédération mondiale de l’Obésité . Pour cela, la promotion d’une bonne alimentation dans les écoles et d’un environnement alimentaire sain pour tous les enfants serait indispensable.

Le lieu de travail doit aussi être une cible pour la sensibilisation à une alimentation saine et à des activités physiques, mais la principale action dans tous les cas se porte essentiellement sur le porte-monnaie.

Cela en rendant les aliments mauvais pour la ligne plus chère que les aliments sains. Toujours selon la fédération, les ministères de la Santé doivent agir sur leur territoire et instaurer des programmes et de prise en charge pour les personnes déjà en surpoids, sinon il n’y aura aucune évolution.