Quelle formation pour un dentiste en Hongrie par rapport aux dentistes français ?

dentiste

Les tarifs très avantageux des soins dentaires pratiqués en Hongrie permettent à un nombre croissant de Français de ne plus renoncer à se soigner. Pourtant, la méfiance demeure vis-à-vis de ces praticiens qui exercent à si bas coût. Peut-on confier sa dentition à un dentiste en Hongrie, avec la même confiance qu’à un dentiste en France ? Oui, car leur niveau de compétence est bon, comme en atteste la qualité de leur formation.

Comment est formé un dentiste en Hongrie ?

Le cursus d’un dentiste en Hongrie est le même que celui des dentistes allemands. Nulle inquiétude à avoir donc sur le niveau des soins en Hongrie, ni sur la compétence des praticiens. Leur formation répond en effet aux mêmes critères d’exigence que celle de leurs confrères de l’espace européen.

A lire aussi : La syllogomanie : une pathologie handicapante peu connue

Trois grandes facultés du pays offrent des programmes académiques qui s‘étalent du 1er au 3e cycle, pour se prolonger par le doctorat. La plus importante d’entre elles, l’université de Semmelweis à Budapest, est spécialisée dans la recherche en médecine bucco-dentaire. Ses spécialités comme les biomatériaux ou la microcirculation gingivale et pulpaire attirent les étudiants du monde entier. Avant de pouvoir exercer comme dentiste en Hongrie, les étudiants doivent compléter leur formation par des stages, dans des cabinets allemands, français ou américains. Ils sont donc tout à fait au fait des soins qui se pratiquent dans nos contrées et connaissent parfaitement le matériel et les techniques modernes. Enfin, les études dentaires durent 5 ans en Hongrie, et sont sanctionnées par le doctorat en médecine dentaire (DMD). Tout comme en France, l’entrée est sélective et se fait à la suite d’un examen de chimie, de biologie et d’anglais.

L’accession des études dentaires en France est très sélective, puisqu’elle passe par la redoutable première année de PACES (première année commune aux études de médecine). Elle comporte son numerus clausus réservé aux futurs médecins, comme aux futurs dentistes. Cependant, le cursus d’un dentiste français suit ensuite un cours semblable à celui d’un dentiste en Hongrie. Les trois premières années sont basées sur les corpus de connaissances les plus théoriques avant de déboucher en 4e et 5e année sur des enseignements plus pratiques, notamment au sein des CHU partenaires des universités.

A lire aussi : Calculez facilement votre poids idéal

Comment la Hongrie peut-elle proposer des tarifs aussi bas ?

Il faut donc se garder de mettre le bas coût des soins dentaire hongrois sur le compte d’une moindre qualité. Les études d’un dentiste en Hongrie répondent aux mêmes exigences que celles de tout dentiste européen : sélectivité, haut niveau scientifique et maîtrise de l’art. Mais comment la Hongrie réussit-elle à proposer des tarifs aussi attractifs en matière de soins dentaires, sans rogner sur la qualité de ses praticiens ?

Ce pays présente tout simplement un coût de la vie qui rend l’installation d’un dentiste en Hongrie beaucoup moins chère. Les loyers y sont très bas (en moyenne 10 fois moins plus bas qu’à Paris), tout comme le coût de la main d’œuvre. De plus, un régime fiscal, particulièrement intéressant, puisque la TVA sur les soins n’existe pas, permet encore de tirer les tarifs à la baisse.

Si l’on ajoute à cela la directive européenne sur la libre prestation des services dans l’UE, qui permet la prise en charge des soins dans le pays européen du patient, on comprend mieux pourquoi la Hongrie est devenue la destination N° 1 du tourisme dentaire français. Un implant dentaire fait par un dentiste en Hongrie revient jusqu’à 50 % moins cher. Si votre mutuelle propose une belle prise en charge pour ce type de soin, l’économie est colossale pour votre budget.

La profession de dentiste est en Hongrie aussi réglementée que dans tout l’espace européen. Des directives sectorielles imposent des niveaux de formations et prévoient leur reconnaissance dans toute l’Europe, ainsi qu’en Suisse. On peut donc aller se faire soigner en Hongrie sans redouter de tomber aux mains d’amateurs peu scrupuleux.