Tour savoir sur l’hépatite B

En France, plus de 300 000 sont infectés par le virus de l’hépatite B. Elle fait partie des MST les plus terribles et ses conséquences peuvent être très sérieuses. Il existe cependant un vaccin qui peut prévenir cette maladie et ses séquelles.

Un virus particulièrement dangereux

Il a été constaté qu’une hépatite chronique apparait chez environ 5 % des infectés. L’hépatite chronique se caractérise par une cirrhose sévère qui a des répercussions conséquentes sur la santé des contaminés.

A découvrir également : Le Bio au service de la santé

Le virus de l’hépatite est cent fois plus contagieux que celui du sida. Il fait partie des virus les plus redoutables connus à ce jour.

L’objet d’une longue controverse

Un peu avant le début des années 2000, le vaccin préventif contre l’hépatite B a été sujet à de grandes controverses, notamment en France, où les débats sont ne concernaient plus uniquement le monde scientifique.

A découvrir également : Les vaccins du cancer du col de l’utérus

Les batailles entre les experts ont alors fait rage, et les décisions de justice prises à cette époque étaient souvent contradictoires.

Les traitements et les vaccins disponibles

À ce jour, il n’y a pas encore de médicament dont l’efficacité permettrait d’éliminer le virus responsable de l’hépatite B. La seule protection que les médecins reconnaissent comme étant efficace est le vaccin.

Il est d’autant plus nécessaire de rester prudent lorsqu’on sait que le nombre de cas recensés ne cesse d’augmenter tous les ans. Il est à noter que les traitements utilisés jusqu’ici sont en net progrès, mais qu’aucun n’a pu soigner complètement la maladie.

Les symptômes de la maladie

Comme de nombreuses autres maladies sexuellement transmissibles, l’hépatite B ne montre aucun signe qui puisse alerter les personnes infectées. Une minorité des malades verra sa maladie évoluer vers une infection chronique qui peut être contagieuse.

Cette maladie peut atteindre les adultes comme les enfants et l’organisme se retrouve généralement sans défense. Il est toutefois toujours obligatoire de consulter un médecin qui pourra surveiller l’évolution de la maladie et éviter une contagion ou une surinfection.

L’hépatite peut entrainer des complications telles que le cancer ou foie, une cirrhose aigüe ou une fibrose dans le meilleur des cas. Si aucun traitement n’est réellement efficace, il est tout e même possible d’améliorer la qualité de vie des malades.