Les vaccins du cancer du col de l’utérus

Depuis quelques années, il est possible de prévenir le cancer du col de l’utérus grâce à un vaccin préventif dont l’efficacité contre les papillomavirus les plus virulents est scientifiquement prouvée. Cette vaccination uniquement destinée aux femmes apporte des avantages non négligeables.

Vacciner à 11 ans

Pour prévenir efficacement le cancer du col de l’utérus, il est recommandé d’effectuer la première vaccination contre le papillomavirus humain à l’âge de 11 ans. Le calendrier vaccinal recommande désormais cet âge, contre 14 ans auparavant. Des campagnes d’informations sont lancées par l’Institut National du cancer dans le but de sensibiliser les mères et les jeunes filles.

Lire également : Cancer du col de l’utérus : les causes

Le dépistage et la vaccination en campagne

Afin de sensibiliser les femmes à la prévenir et à dépister du cancer du col de l’utérus, des campagnes d’informations sont effectuées un peu partout en France. La maladie fait plus de 1 000 morts par an, et la prévention et le dépistage constituent à ce jour les meilleurs moyens pour se protéger de ce fléau.

Lors de ces campagnes de prévention, il est mentionné qu’une unique dose suffisait à prévenir les facteurs à risques de cancer de manière efficace et durable.

A lire également : Comment bien choisir sa table d’inversion ?

Pour une éradication du cancer du col de l’utérus ?

Selon les chiffres, le cancer du col de l’utérus cause plus d’un millier de décès chaque année en France. Cette infection ce développe à partir de lésions précancéreuses dues à certains virus.

Un vaccin est disponible pour se protéger sur le long terme contre ces virus, du moins contre les plus nocifs. Initialement créé pour prévenir le cancer du col de l’utérus, ce vaccin protègerait aussi contre les cancers du vagin et de la vulve.

La vaccination HPV contre le cancer du col de l’utérus est avant tout recommandée aux jeunes filles de moins de 14 ans. Mais ces dernières sont peu sensibilisées à ce problème, en effet une enquête conduite auprès des ados a mis en exergue leurs faibles connaissances sur leur intimité et sur ce type de cancer. C’est pourquoi le vaccin peut se faire en rattrapage entre 15 et 23 ans pour celles n’ayant pas eu de rapports sexuels ou en ayant depuis moins d’un an.