Soigner efficacement la gonorrhée

Egalement dénommée « chaude-pisse » ou « blennorragie », la gonorrhée est parmi les infections sexuellement transmissibles les plus courantes, que ce soit en France ou dans de nombreux pays. Cette maladie concerne environ 80 millions de personnes dans le monde chaque année.

Qu’est-ce que la gonorrhée ?

La gonorrhée est une maladie sexuellement transmissible causée par la bactérie Neisseria Gonorrhoeae identifiée par Albert Neisser vers la fin du XIXe siècle. Cette bactérie infecte les organes génitaux et urinaires.

A lire aussi : Quelle contraception après l'accouchement ?

La gonorrhée s’attrape généralement par relation sexuelle non protégée. La transmission de cette maladie vénérienne peut survenir lors d’une relation orale, vaginale ou rectale avec un partenaire infecté. Il est question ici de contagion par contact des muqueuses et par échange de fluides biologiques.

Chez les hommes, la gonorrhée se manifeste entre 2 à 14 jours après infection. L’individu infecté ressent une envie fréquente d’uriner. Le matin, au réveil, mais aussi en cours de journée, il remarque du pus jaune ou verdâtre s’écouler de son pénis. Il lui arrive d’avoir une sensation de brûlure au moment d’uriner. Le méat peut même présenter une petite enflure.

A lire aussi : Blennorragies et chaude-pisse

La gonorrhée passe souvent inaperçue chez la femme. Il y a des rares cas ou certaines femmes infectées ressentent de la douleur en urinant ou remarquent des écoulements vaginaux odorants. S’il y a des manifestations, cela survient généralement entre le 7 et le 21 jours.

Les conséquences et complications possibles de la gonorrhée

L’homme est le plus concerné par la gonorrhée. Cela, puisque les manifestations sont presque évidentes et incitent immédiatement à un dépistage. Chez la plupart des femmes, consulter ne leur vient à l’esprit qu’au moment où le partenaire est confirmé avoir attrapé la gonorrhée.

Certaines personnes continuent également de ressentir de la honte à l’idée de parler de la gonorrhée au médecin. Ils essaient donc de retarder le délai de consultation et prétexte d’autres troubles passagers dont une toute petite douleur urinaire due à la fatigue ou à une consommation en trop de sucre…

A défaut d’un traitement adéquat, la gonorrhée peut entraîner des complications graves. Chez les hommes, cette maladie vénérienne peut causer une inflammation de la prostate ou des douleurs testiculaires presque insupportables. La gonorrhée peut aussi causer l’infertilité.

Chez la femme, la chaude-pisse engendre une douleur pelvienne répétitive. La bactérie responsable de cette maladie altère le fonctionnement de l’appareil génital et engendre ainsi l’infertilité. Si la femme arrivait quand-même à tomber enceinte malgré une gonorrhée sans traitement, elle s’expose à la grossesse extra-utérine. L’enfant né d’une mère porteuse de la gonorrhée peut souffrir d’infection sanguine ou de cécité.

Traitement de la gonorrhée

La gonorrhée se traite généralement par des antibiotiques. Il ne faut toutefois pas se tourner vers l’automédication et prendre des tétracyclines, fluoroquinolones ou autres antibiotiques à large spectre d’action. Vous devez noter que certains antibiotiques ne sont plus fiables dans le traitement de la gonorrhée. Au fil du temps en effet, des souches résistant à ces types d’antibiotiques se sont développées.

Actuellement, les médecins proposent des antibiotiques comme la ceftriaxone, la cefixime, l’ofloxacine ou la ciprofloxacine pour traiter la gonorrhée. Il arrive aussi qu’ils prescrivent un traitement par antibiotiques associées.

Le traitement contre la chaude-pisse prescrit par votre médecin est à respecter à la lettre. Les antibiotiques doivent être pris aux moments indiqués par votre médecin et de façon continue pour que les bactéries ne développent par une résistance au traitement.

Après traitement, des dépistages s’imposent. L’individu peut également se soumettre à un suivi médical sur 3 mois, 6 mois voire plus.